benzodiazépines : dépendance et sevrage
Site d'information sur la dépendance et le sevrage aux benzodiazépines
 

Benzodiazépines : dépendance et sevrage

Groupe de soutien en ligne (français)

Les méfaits des benzodiazépines et somnifères

Effets secondaires des benzodiazépines

Réactions paradoxales aux benzodiazépines

Méthodes de sevrage

Lien : le manuel Ashton en français

Guide de la méthode de sevrage par titration

Symptômes de sevrage

Recueil d'informations sur les benzodiazépines

Le syndrome prolongé (Pr Ashton)

Guide de la méthode de sevrage par substitution


Guide de la méthode de sevrage par titration

Petit guide pour la méthode de sevrage par titration

Cette méthode permet de réaliser un sevrage lent à partir d’un traitement en cours, sans avoir à passer par la case substitution. Elle est proposée pour le sevrage de psychotropes qui sont disponibles en comprimés uniquement – les gélules et les comprimés gastrorésistants qui ne peuvent être dissous de façon homogène sont exclus. Attention : en aucun cas ne devez-vous recourir à cette méthode pour les comprimés à libération prolongée de quelque nature que ce soit.

 

Rappel : si cette méthode permet de se sevrer d’une benzodiazépine à demi-vie courte sans passer par la substitution d’une benzodiazépine à demi-vie longue (diazépam, prazépam), disponible en liquide, il est préférable, dans un grand nombre de cas (tolérance, sensation de manque entre les doses préexistant au sevrage, dépendance de longue durée –supérieure à un an, etc.) de faire le choix d’un sevrage par benzodiazépine à demi-vie longue pour minimiser les symptômes de sevrage.

 

Les ustensiles nécessaires à la titration :

 
-un petit mixer (nécessaire pour broyer le médicament de façon régulière)

-un verre doseur (de cuisine), avec gradation de 100ml en 100ml

-une seringue (ou pipette) – disponible en pharmacie, avec gradation de 0 à 10ml

-une petit container en plastique hermétique - disponible en pharmacie

 

Le principe de la titration est le suivant : quelque soit la dose du comprimé que vous prenez, vous le mélangez (après l'avoir soit écrasé en fine poussière ou mixé) à 100ml d'eau. Ce sera votre solution de base, à partir de laquelle vous pourrez retirer toutes les semaines / ou toutes les deux semaines, la quantité de médicament que vous voulez rejeter.

 

Plusieurs méthodes sont possibles :

 

-la méthode de réduction de 10% de la dose initiale tous les mois (paliers longs, pour benzodiazépine à demi-vie longue)

 

Elle a l’avantage d’une certaine rapidité, mais doit souvent être ralentie à l’approche du seuil en deçà duquel le sevrage se fait souvent plus difficile (seuil variable selon les personnes). Si l’on suit cette méthode, il faut retirer tous les mois 10 ml des 100ml obtenus par mélange de l’eau et du comprimé, jusqu’à arriver à zéro. Elle se fait donc, en principe, en dix réductions de 10 ml. Si on l'applique strictement, cette méthode est déconseillée car beaucoup trop rapide - il est préférable de prévoir un ralentissement assez net aux alentours d’1/3 de la dose initiale (on en revient donc à la méthode de réduction de 10% de la dose en cours).

 

 

 

-La méthode de réduction de 10% de la dose en cours tous les mois (paliers longs, pour benzodiazépine à demi-vie longue)

 

 

 

Elle est beaucoup plus lente mais permet de minimiser les symptômes de sevrage à travers des diminutions bien plus faibles et proportionnées à la dose en cours. Pour les usagers de doses importantes, il peut être intéressant de commencer par la méthode de réduction de 10% de la dose initiale et de passer dans un deuxième temps seulement à la méthode de réduction de 10% de la dose en cours.

 

 
-La méthode de réduction de 2,5% de la dose en cours, chaque semaine (paliers courts, réductions plus faibles, pour benzodiazépine à demi-vie courte)
 
Cette méthode de réductions plus petites (2,5%) effectuées chaque semaine est conseillée par le Dr Peart. En effet, l'accumulation de la benzodiazépine à demi-vie courte se fait plus rapidement et il  n'est donc pas nécessaire d'attendre aussi longtemps entre les réductions qu'avec les benzodiazépines à demi-vie longue. Au total cependant, le rythme est le même (4 réductions de 2,5% par mois s'apparentant à une réduction de 10% tous les mois).
 
-La méthode de réduction quotidienne
 
A l'origine, la méthode de titration par l'eau a été mise au point par les anglais de façon à pouvoir faire des diminutions infinitésimales chaque jour. Ce type de diminution permet de "flouer" le cerveau qui n'arrive pas à faire la différence entre une dose de 0,499 mg et 0,498mg d'une benzodiazépine donnée par exemple. Certains pensent que cette méthode n'est pas adaptée car des diminutions quotidiennes, même minimales, pourraient perturber le cerveau. En tout état de cause, cette méthode requiert beaucoup de préparation (notamment l'établissement d'un document Excel recensant précisément les doses que l'on doit prendre chaque jour).
 
Ces méthodes ne sont pas exclusives l'une de l'autre, vous pouvez procéder à un panachage entre la méthode de réduction de 10% de la dose initiale et la méthode de réduction de 10% de la dose en cours, faire des diminutions plus faibles, ou des paliers plus longs. Il n'y a pas de méthode idéale ; la bonne méthode est celle qui vous convient. Pour la déterminer, il vous faudra prendre en compte un grand nombre de paramètres, durée de la dépendance, dose initiale, type de benzodiazépine ou de somnifère, et de contraintes, comme la tolérance ou la présence d'effets paradoxaux. N'hésitez pas à réfléchir à votre méthode avec les modérateurs du groupe Yahoo de soutien au sevrage.

Technique de titration :
 

Concrètement, vous devez écraser votre comprimé de façon à obtenir une fine poussière (aucun bout ne doit être plus gros qu’un autre, c’est pourquoi le mixer est préférable si vous n’arrivez pas à obtenir cette pulvérisation régulière manuellement).

Ensuite : vous versez les 100ml d’eau soit directement dans le container hermétique, et vous y ajoutez la poudre ainsi obtenue. Soit vous versez les 100ml d’eau dans le mixer, de façon à récupérer la poudre, et vous versez le mélange dans le container.  

Attention : les particules peuvent se déposer au fond du container donc il faut secouer le mélange pendant quelques minutes avant chaque prise.

 

Certains ajoutent du sucre à la solution, ou utilisent du lait, car les benzodiazépines ne sont pas bien solubles dans l'eau (elles sont solubles dans la graisse) et semblent se déposer plus difficilement lorsque du sucre ou du lait sont ajoutés à la solution.

 

Attention : il est préférable de ne pas conserver la solution plus de deux jours, et il faut le faire au frigo -idéalement il vaut mieux préparer sa solution tous les jours.

 

Etape finale :

 

A l’aide d’une seringue, vous retirez

-10 ml de la solution tous les mois (si vous avez choisi la première méthode)

-10 ml de la solution le premier mois, puis moins chaque mois (10% de la dose précédente), en fonction de votre plan préétabli de sevrage.

 

Vous vous débarrassez de la quantité retirée avec la seringue et buvez la solution qui reste dans le container.

 

Notes :

 

Certaines personnes ne tolèrent pas le Valium (diazepam) ou le Lysanxia (prazepam), mais il faut garder à l’esprit que la plupart des gens supportent une substitution de l’un ou de l’autre à leur benzodiazépine à demi-vie courte si elle est effectuée correctement. Le diazepam ou le prazepam doivent être testés avant de pouvoir déterminer s’ils sont adaptés ou non.

 

 N’hésitez pas à demander à un proche ou à un membre de votre famille de vous aider dans vos calculs d’équivalences, de substitution ou de titration. En période de sevrage (ou même sous benzodiazépines), l’esprit est embrouillé et une erreur dommageable est vite arrivée.

Si vous utilisez une benzodiazépine à demi-vie courte lors de la titration, vous devez prendre la dose en trois ou quatre fois espacées également sur 24 heures de façon à éviter les effets de sevrage entre les doses. 

 

Tous droits réservés